Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #clown catégorie

2015-06-14T18:33:23+02:00

L'humour de soi ou le saut dans le bide

Publié par Claude Berthoumieux
"Se moquer" n'est pas le propre de l'homme ...

"Se moquer" n'est pas le propre de l'homme ...

L'Humour de soi

Le trouver, en cherchant son propre clown, c'est possible.

Le clown, ce personnage qui jadis enchanta, peut-être, notre enfance…

Ce personnage drôle, et touchant dans ses maladresses, le clown fut le premier à nous montrer le ridicule des choses, fragile et matamore,il nous a appris que l'on pouvait rire de nos faiblesses et triompher dans l'erreur.

Aujourd'hui, en ces temps de crise et de morosité ambiante, face à l'angoisse des lendemains qui ne chantent plus vraiment, qu'avons nous fait de notre sens de l'humour ?

Les médias nous abreuvent d'émissions "pour rire", les humoristes sont là pour nous détendre, pour nous faire oublier, un instant, que la guerre est à nos portes et que l'humanité souffre.

Mais quand le rideau tombe et que nous nous retrouvons seuls, au quotidien, qu'en est-il de nos rires ? Où retrouver la joie ? Comment reconquérir l'innocence et l'état de grâce de notre enfance ? Nous avons appris à être sérieux ! Nous avons reçu tellement d'injonctions de nos parents:

"Tu n'as pas honte", "Ça ne se fait pas", "Mais où donc as-tu été élevé ?!", "Fais pas ci, fais pas ça", "La vie est dure, c'est une longue souffrance, regarde autour de toi, on n'a rien sans rien"

À force de l'entendre et d'y croire, nous avons fini, peu à peu, par perdre l'enthousiasme :

Les événements et les conflits nous collent à la peau.

Savons-nous encore ce que nous avons le droit de faire ?

Un monde sans mensonge

A quoi ressemblerait le monde si chacun disait vraiment ce qu'il pense ou ce qu'il sent, si chacun de nous osait vraiment être ce qu'il est ? !

Imaginez le scénario au travail : la hiérarchie bousculée, les pouvoirs ébranlés et à la maison, que deviendrait la toute puissance parentale ?

Un monde avec moins de chantages, moins de jeux psychologiques ?

Non, non et non ce ne serait pas sérieux !

Quand à nos institutions, elles trembleraient sur leurs bases, si un beau matin chacun et chacune avaient décidé d'être soi et de se dire, de s'exprimer dans la transparence de l'instant.

Rien ne va plus !

Rien ne va plus !

Oser se montrer

Un rêve qu'il est possible de réaliser en partant à "la recherche de son propre clown".

Trouver son clown c'est prendre le risque de redécouvrir l'ouverture qui fût la nôtre avant que l'étau des convenances ne se resserre et surtout, c'est faire le choix de la transparence.

En clown, nous partons toujours de ce qui n'est pas convenable, de ce nous n'avons jamais oser avouer aux autres en société : nos faiblesses et nos défauts.

Le clown est vulnérable et, loin de chercher à éviter l'obstacle (qu'il soit intérieur ou extérieur), il cherche à le rencontrer, c'est dans la faille qu'il s'épanouit avec bonheur !

Tous manipulateurs ?

Comment nous y prenons-nous pour obtenir ce que l'on veut ?

Par quelle manipulation arrivons nous à nos fins ?

Ce n'est pas très joli de manipuler , on le sait … mais, on le fait quand même.

Toute communication est une tentative d’influence…

Se délivrer du monstre

Dans sa transparence, le clown, par son regard, rend le public complice de ses intentions. il nous en fait la "dé - monstration". Et, par l'acte même de se "dé - monstrer: il nous délivre du monstre "manipulation".

Il lève enfin le voile sur ce que nous cachions comme une tare, précisément parce qu'il nous donne ce qu'il ressent dans l'instant.

Le clown laisse émerger sa partie cachée, l'ombre qui va cesser de l'être au moment ou elle va jaillir en pleine lumière, sous les feux de la rampe.

Le clown fonctionne à l'inverse du masque que nous arborons pour affronter

le monde. Glissant à la surface des émotions, évitant les conflits, nous finissons par nous couper de tout, telles des fleurs coupées et présentées dans de jolis vases, nous nous fanons à force d'être privés de l'essence même de la terre.

J'ose la comparaison : le clown a quelque chose du coq gaulois, il chante haut et fort

qu'il est le plus beau (car il a fondamentalement confiance en lui) pendant que

ses pieds - comme chacun sait - prennent racine sur le fumier,

Le fumier c’est le compost de notre esprit: le pourrissement et la décomposition des formes anciennes: de nos croyances désuètes et de nos illusions perdues.

Le clown est vivant parce qu'il résiste à l'asepsie des choses

Il a l'audace de ses émotions, rires, peurs, colères et joies. Il nous donne tout sans vergogne.

Il ne juge pas le monde, il le "sent", et s'il le "pense" c'est pour se demander, avec toujours autant d’étonnement pourquoi ils ne sont pas tous comme lui.

Car de fait, si le monde lui résiste, il n'hésite pas à se lancer dans la bataille corps et âme.

Mais, me direz-vous, n'est ce pas ce que nous faisons d'habitude, nous battre ?!

Hélas, oui, mais, nous ne faisons rire personne avec nos combats.

En clown, c'est possible : Je me montre telle que je suis, je ressens la blessure, j’ai mal, et ça se voit !

Parce que, l’émotion , c’est comme ça , si j’accepte de la sentir et de la manifester, je m’en libère !

Alors , sur cet espace protégé de la scène où tout est possible, pourquoi ne pas revendiquer d’être en colère, triste ou d'avoir peur ? Pourquoi ne pas le crier si besoin ?!

C’est le cadeau que nous donne notre clown.

L'humour de soi ou le saut dans le bide

Les émotions font peur, nous n'osons pas les dire ou les exprimer

De peur qu’on nous prenne pour des fous !

Habituellement, nous avons une solution : Se taire ! Ne rien dire, ne rien montrer… Cacher le mal… le balayer sous le tapis.

Comment « Taire » ?

À propos, de se "se taire", certains mots sont frappants : "commentaire" par exemple, mot qui désigne l'action d'exprimer ou de donner son avis au sujet de quelque chose.

Le mot nous parle de lui même : "comment-taire" ? Comment ne pas dire, comment cacher les choses. Et si faire un commentaire, étaient un moyen , un art de se cacher derrière des mots, pour éviter d’exprimer l’essentiel de ce que nous ressentons.

Un autre mot est fascinant : "mentalement"! Encore un qui nous dit à quel point tout ce qui est purement « mental » ment !

ça va tomber !
ça va tomber !

ça va tomber !

S'impliquer à fond

Le clown ne peut pas être en dehors des événements, il est impliqué jusqu'au cou,

jusqu'aux coups que lui donne la vie,

Il est forcé de jouer le jeu sinon il se tue.

Obligé de jouer le "je" sinon il se "tu"!

Et, s'il n'est plus lui même, il redevient néant.

Par moment il a envie de dire "pouce", il change d'espace et crie que cette situation

ne peut plus durer mais il va être obligé de la vivre jusqu’au bout et, c'est là son véritable héroïsme.

Donner tout

Et puis, il y a sa générosité !

Pour la plupart des gens , « être généreux » c'est donner une partie de ce qu'on a.

Pour le clown c'est se donner tout entier.

Il se donne, quand il s'abandonne aux regards du public, mais aussi dans ses rapports avec ses partenaires, dans la confiance.

Ah ! bien sûr, il se fâche parfois, il s'énerve souvent, et il va même jusqu’à faire la tête, mais, sa confiance lui donne tous les courages même celui de se planter.

Au fond, il sait bien que

« On ne pousse que si l'on se plante »

Il est sans jugement, ou alors il joue à juger ! Il ressent les choses et son délire

nous emporte vers un monde ou nous pourrions vivre nos émotions et nos rêves sans aucune censure. Ses émotions sont absolues et, sans transition, il passe de l'une à l'autre. Il jongle avec la vie, il est l'image de la vie, telle que nous l'avons peut-être perdue en "grandissant".

En survivant de la sorte, nous avons perdu l'enthousiasme et

sans cette formidable énergie, qu'est devenue notre puissance ?

Crier "j'ai mal ! "

Le clown est tout puissant parce que l'émotion touche plus fort qu'un jugement :

crier "j'ai mal" a tout de même plus de force que d'injurier l'autre ou de le condamner sans appel à être la définition que nous en faisons !

Dans un cas nous lui faisons violence, dans l'autre nous "exprimons" la violence, nous l'expulsons de la relation et nous l'exorcisons .

Maîtriser l'émotion

Chaque fois que j’identifie une émotion et que je la nomme, je reprends le pouvoir sur elle.

Toutes les anciennes « Traditions, initiatiques » nous disent bien que nous n'avons du pouvoir sur l'ombre que si nous pouvons la nommer.

Assumer sa vie

Le clown est fort parce qu'il assume ce qu'il vit : il "digère" les chocs et nous le voyons

de fait, "dire" et "gérer" au grand jour ce qui lui arrive.

Tant que nous adoptons la politique de l'autruche, tant que nous minimisons l'impact de l'autre ou des événements sur nous, autant avouer que nous "vivotons" en attendant le grand soir où nous pourrions tout dire et nous libérer enfin !

Ce « Grand Soir » qui n’arrive jamais , parce que nous en redoutons les conséquences cataclysmiques !

 l'animatrice "clown"

l'animatrice "clown"

L'humour de soi ou le saut dans le bide
Oser être soi

Ce que nous apporte le clown c'est la capacité d'oser être soi.

Nous trouvons notre clown, le jour où nous ne nous racontons plus d'histoire : nous acquerrons le pouvoir de rester dans le vide, simplement sans excuse et sans alibi.

Parce que j'ai osé être moi-même un instant, l'instant d'après je suis « vide », disponible

pour vivre et ressentir la suite.

Apprendre à s'appuyer sur le "vide", c'est notre nouvelle base,

"c'est le saut dans le bide" (et sans élastique !)

Comment pouvons-nous être disponibles au présent quand nous sommes

"plein de tout", de pensées, de préjugés, d'a priori, de souvenirs, de croyances diverses,

comment pouvons-nous être ouverts puisque nous "fermons" tout pour garder

une image cohérente de nous-même surtout aux yeux de notre entourage.

Alors pourquoi exagérer, pourquoi amplifier nos défauts, ne sommes-nous pas déjà assez

ridicules ?

Absolument ! Nous sommes ridicules de continuer à tricher parce que si nous regardons

bien autour de nous,

Les hommes trichent, mais pas la vie !

Dans la tradition du bouffon, "le fou du roi" était, par excellence, "Celui qui dit la vérité"

et c'est pour cette raison que le roi l'avait à ses côtés, justement, pour l'empêcher de se prendre pour Dieu et paradoxalement le ramener à plus de sagesse.

Très bon, tout ceci, pour les dirigeants et autres meneurs du monde !

"Le nez du clown c'est le masque qui nous délivre de tous les autres".

Jérome Deschamp

Quand nous sommes dans notre clown, nous sommes vulnérables et

nous avons en même temps toutes les audaces" parce que nous avons, enfin, le droit d'être nous-même!

Etrange paradoxe et pourtant c'est peut-être parce que j'accepte d'être faillible que j'ai cette force qui me conferre, non pas le pouvoir sur les autres mais une vraie puissance :

Le clown, roi inversé se

révèle comme une étoile dans la nuit de l’ego.

Il nous rend humble face à notre réalité, parce que parfois, elle n’est pas glorieuse notre réalité !

Savoir qu'il y a, en nous, ce clown naïf qui joue à l'imbécile pour nous faire rire de nos bêtises, de nos travers,

Savoir qu'il existe celui qui accepte d'être tordu, pour nous remettre à l'endroit et nous dédouaner de nos faiblesses, c'est assurément retrouver notre Force.

Je l'aime ce clown parce qu'il est le compagnon d'humour des jours où je cherche le rire en ce bas monde !

Accepter de rencontrer ce clown en nous, c'est enfin oser vivre notre folie, devenir (Le) Fou .

Fou de fou-rires et, pourquoi pas pouvoir enfin

Pouvoir se "gai-rire" de la folie du monde par le jeu ?

Ainsi « je » resterai maître de la situation parce que après tout, c'est moi qui décide, Non !?

Claude Berthoumieux

Clown animatrice. Experte en folie ordinaire. Reconnue d’utilité publique par les hôpitaux de la ville de paris. Diplomée de la faculté de Cambrai. A reçu en 2007 le titre honorifique de « barge de l’année ».

Pour en savoir plus sur mes activités "moins sérieuses" , en tant que psychothérapeute ou victimologue, par exemple, consultez mon CV. en allant sur mon site

www.d-stress-psy.com


Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog